Chaussures de course : Guide et classement des meilleurs dans ce comparatif

Depuis combien de temps n’avez-vous pas couru pieds nus ? Pas longtemps si l’on pense à l’Éthiopien Abebe Bikila qui a remporté le marathon aux Jeux olympiques de Rome, sous l’arche de Constantin, en 1960. Dans les années 60 et 70, il existait des baskets de type militaire peu adaptées à la course à pied et certaines images de l’époque nous font comprendre comment les athlètes de haut niveau étaient également équipés. Ceux qui ont participé aux anciens championnats étudiants se souviendront de l’humanité bigarrée qui y a pris part et surtout des équipements de course improvisés. La recherche et l’offre de produits sportifs techniques ont fait des pas de géant depuis le début, quand, au milieu de la Seconde Guerre mondiale, deux frères allemands, vivant leur passion pour les chaussures en compétition, ont créé les deux plus grandes multinationales de produits sportifs techniques et de consommation. Puis sont venus les géants asiatiques et ceux des États-Unis. Dans cette bataille faite de chaussures, le produit italien joue également un petit rôle. Aujourd’hui, il existe une variété de produits pour tous les goûts et toutes les poches pour perdre la tête, à tel point que le choix d’une chaussure n’est pas un exercice facile, seuls ceux qui ont de l’expérience peuvent s’orienter et donner des conseils sur les meilleures chaussures de course.

Comparatif Chaussures de course : Les meilleures ventes du jour

Comment s’orienter lors de l’achat : guide pour choisir les meilleures chaussures de course

Le choix d’une chaussure de course est un exercice compliqué mais nécessaire car la santé et la posture du coureur sont en jeu. Toutes les études biomécaniques menées dans les centres qui étudient la physiologie et la kinesthésie humaines ont montré à quel point une bonne chaussure optimise les performances de la course, en évitant les microtraumatismes tels que les tendinites et les inflammations musculaires. Mais comment choisir la bonne chaussure de course ? Les éléments à évaluer sont différents et aussi les types de chaussures sur le marché. La chaussure doit être choisie en fonction de la forme du pied et de son comportement dans l’action de pousser sur le sol, tant dépend de votre sensibilité et de votre expérience ainsi que de l’usage que vous devez en faire, comme par exemple le type de terrain sur lequel vous allez courir.

Avis Chaussures de course : Le top 1 Amazon

La classification des modèles

La chaussure de course doit être choisie en fonction de la surface habituelle sur laquelle vous courez. Une surface souple nécessite une chaussure dont la semelle absorbe moins les chocs qu’une surface plus dure comme le béton ou l’asphalte. Certains affirment que la classification des chaussures n’a plus de raison d’être, mais après le débat, c’est un bon point de départ à prendre en compte pour un achat ciblé. Selon la marque qui les produit, la classification des chaussures change, les entreprises leaders du marché les divisent en A1, A2, A3, A4, A5 et A6, d’autres les classent en chaussures neutres ou stables, de course ou de trail.

Chaussures de course : Les 3 produits à ne pas manquer

Pour mettre les choses en ordre, on peut dire que les chaussures A1 (de course ou de compétition) sont très légères, utilisables sur des surfaces absorbant les chocs comme la piste, en appliquant les chevilles devant, sous l’avant du pied. Le modèle “race ou course” (pour coureurs super entraînés ou professionnels) est une chaussure très élastique avec une grande souplesse de la semelle ; sur le marché, il existe les modèles “naturels”, adaptés aux poids légers : moins de 60 kg pour un homme et 50 kg pour une femme. Ces chaussures couvrent le pied comme une seconde peau (à mi-chemin entre A2 et A1), ce qui n’est pas recommandé pour les débutants.

Les athlètes de compétition qui poussent dans la course peuvent également utiliser des chaussures de performance A2 (très légères et flexibles). La chaussure neutre ou stable (A4 ou A3) est utile pour les personnes lourdes ou les débutants peu entraînés qui ont besoin d’une bonne stabilité du pied. La A4 est une chaussure à tige très large, elle est très utile pour résister à la stimulation mécanique d’une course en ville et au béton dur ou à des étirements inégaux. Les chaussures A5 ou A6 (trail running) sont en Gore-Tex, respirantes et imperméables, adaptées à la terre boueuse, aux terrains escarpés avec des sections bosselées, excellentes pour le Cross country (course de fond).

La bonne chaussure pour le niveau de course

Un coureur du dimanche n’a pas la même sensibilité que le coureur qui court tous les jours et qui est capable de sentir le moindre stimulus du pied. L’utilisation de la chaussure doit également être calibrée en fonction du niveau de course du coureur. Un coureur au rythme très soutenu recherche une chaussure légère et élastique (A1, A2 et A3, selon le parcours). Un amateur doit utiliser une chaussure souple et pas trop lourde qui peut prévenir les traumatismes du pied (A3 et A4).

Utilisation de matériaux inappropriés

Les chaussures non techniques ne sont pas recommandées, comme certaines chaussures de sport très plates ou des modèles d’extérieur rigides et renforcés comme les chaussures de tennis. Les chaussures de basket-ball ne doivent pas être utilisées pour courir (trop lourdes et rigides), de même que les “chaussures” de football à cinq qui ont des mini-cales sous la semelle et ne sont pas très élastiques.

Le poids est important dans le choix

Lors du choix des chaussures de course, le poids du corps est l’un des principaux facteurs à prendre en compte. Plus votre poids est élevé, plus vous devez grimper avec le classement. Un homme de 100 kg devrait acheter un A5 et s’il court sur une pelouse, également un A6. Il en va de même pour un raisonnement inverse : un homme de 60 kg devrait utiliser un A2 ou un A3.

Le terrain et les compétences de formation

L’expérience est essentielle lors de l’achat d’un produit courant. Vous devez connaître vos compétences, l’élasticité des articulations, des tendons et des muscles, mais nous devons savoir exactement où nous utilisons les chaussures. Ceux qui courent sur l’asphalte doivent s’orienter sur un A3 (aussi appelé neutre). De A3 à A6, ils ont une semelle qui permet une bonne adhérence sur toutes les surfaces. L’A1 est parfait pour le tartan d’une piste, pas bon sur un sol boueux. Si nous courons sur des tronçons mouillés, sur un terrain herbeux avec des flaques d’eau et avec un éblouissement réduit, nous devons choisir un A5 ou un A6 (ou sentier) qui est taxé comme un pneu d’hiver et qui optimise l’adhérence sur les surfaces extrêmes. Les pneus A3 et A4 sont adaptés aux entraînements répétitifs et à la routine, les pneus A2 et A1 doivent être utilisés en compétition.

Un choix biomécanique et kinesthésique

La chaussure doit être choisie en fonction de la bio-mécanique du moteur et du geste du pied au décollage et à l’atterrissage. Dans la foulée, il y a une fraction de seconde pendant laquelle nous détachons les deux pieds du sol. Pendant l’atterrissage, le décollage et la poussée, le pied peut être en position couchée (rotation externe) et en position ventrale (torsion interne de la semelle et de la cheville). Les deux mouvements servent à équilibrer la réception et le décollement du pied au sol, mais si l’une des deux phases est excessive ou absente, il faut choisir une chaussure dont les caractéristiques protègent davantage l’intérieur ou l’extérieur du métatarse.

Choisissez le nombre et la taille

La taille des pieds est une indication générale, les chaussures de course doivent toujours être essayées car elles sont généralement plus petites que les chaussures de tous les jours. Vous devez vérifier l’ajustement du gros orteil, la façon dont la semelle s’adapte à la semelle pendant la phase de poussée et la capacité de la semelle intérieure à amortir l’action du talon et de l’orteil. La chaussure de course doit répondre à la structure physiologique du pied. Les règles empiriques suggèrent que nous achetions une chaussure de course plus grande que celles que nous utilisons tous les jours. En réalité, nous devrions mesurer le pied sur l’axe sagittal et horizontal (longueur du pied et largeur de l’avant-pied). Les magasins disposent d’un compteur spécial avec les deux paramètres. On peut aussi utiliser une méthode pratique faite maison : placer le pied nu sur le sol et mesurer l’empreinte en largeur et en longueur du talon à la pointe. La chaussure de course doit être mesurée avec précision, éventuellement en marchant et en faisant des allusions à quelques petits coups et changements de direction.